Accueil / Informations directory mag / La grande distribution obligée de s’adapter vite et bien à la crise sanitaire

La grande distribution obligée de s’adapter vite et bien à la crise sanitaire

La COVID n’est pas encore terminée, il suffit d’aller faire ses courses dans une grande surface pour le constater. Les enseignes de la grande distribution ont su réagir immédiatement aux contraintes de la crise sanitaire et du confinement. Cela a rendu la tâche très compliquée aux magasins et à leurs salariés (saluons-les au passage). La distanciation sociale, la désinfection des locaux, une gestion très particulière des stocks. Voila ce qui est venu bouleverser le quotidien d’un domaine qui n’aurait jamais pu imaginer vivre une telle crise.

la grande distribution accélère ses solutions e-commerce

S’adapter au changement

Souvenez-vous ce que disait Charles Darwin. Il indiquait que seuls ceux qui sauront s’adapter au changement pourront vivre. Il est vrai que même si cela faisait référence à une espèce animale, on peut tout à fait le prendre à titre d’exemple pour ce qui est arrivée à l’humanité au premier semestre 2020. La crise sanitaire COVID19 a démontré que l’Homme est fragile, que son espèce pourrait très bien être rayée de la surface de la terre comme le fut les dinosaures. Fermons la parenthèse et revenons-en à ce qu’il s’est passé dans les magasins. Les enseignes de la grande distribution ont su s’adapter avec la vente en ligne, le drive et la mise en place de règles drastiques pour accueillir du public. Ce n’est d’ailleurs pas terminé, car le gel hydroalcoolique pour désinfecter les caddies est toujours là !

L’adaptation au changement des consommateurs est une chose, mais quelle stratégie à adopter demain en est une autre. C’est bien cela le problème de cette crise sanitaire, on n’a aucune visibilité sur sa durée.

Les grandes surfaces vont-elles rebondir ?

On le sait que la psychose du consommateur lambda est omniprésente. Le français n’a jamais autant épargné et cela se voit même sur les comptes courants comme l’indique la Banque de France. Toutefois la consommation reprend doucement et les grands groupes de l’agro-alimentaire ont confiance en une reprise progressive. Chez Carrefour, Matthieu Malige compte sur certains leviers pour dynamiser la reprise de son groupe, avec notamment le développement du e-commerce. Nombreux français ont découvert l’achat en ligne de leurs courses alimentaires pour la première fois lors du confinement. Certains continuent à acheter de cette manière, même s’ils sont déconfinés. Même si tout n’est pas rose dans le secteur de la grande distribution, on peut compter sur l’investissement des enseignes, qui ne vont pas manquer de tenter de rebondir avec des concepts nouveaux. Il ne faudra sans doute pas attendre longtemps pour les découvrir.